christophe barrancos

Vertige osteopathie Lyon

Les vertiges ou sensations vertigineuses sont des plaintes fréquentes en cabinet d’ostéopathie. L’histoire de chaque patient face à cette pathologies est très variable mais un point commun ne change jamais: l’aspect anxiogène de ces symptômes…!  En effet, ces sensations génèrent une angoisse chez les patients ce qui peut entretenir les vertiges. Il faut sortir de ce cercle vicieux..!

Cet article non exhaustif ne cherche pas à entrer dans le détail et à expliquer les  différentes causes de vertiges. Il sert à vous donner des informations et ainsi vous permettre de vous situer et reconnaître certains signes dont vous pouvez souffrir.

En seconde partie, nous verrons ce que l’ostéopathe peut apporter comme traitement à votre pathologie.

Une consultation chez un ORL est indispensable en cas de doutes.

Les Vertiges:

Le VPPB ou Vertige Positionnel Paroxystique Bénin:

Vertige qui est bénin et réversible représentant 20 à 30 % des pathologies de type vertiges. Comment reconnaît-on un VPPB ? Généralement, les personnes sont allongées en plein sommeil, elles se retournent dans le lit et ressentent d’un seul coup un énorme vertige, avec le lit et le plafond qui se mettent à tourner. Le vertige est très violent et ne dure que quelques secondes. La même sensation peut être ressentie en levant ou en baissant la tête. Le réflexe entre l’oreille interne et les yeux va entraîner un mouvement très rapide des yeux en saccade que l’on appelle nystagmus.

La maladie de Menière:

Il s’agit d’une production massive d’endolymphe créant une augmentation de pression à l’intérieur de l’oreille interne. Cela va entraîner une sensation de «pleinitude» dans l’oreille. Les symptômes sont de gros vertiges rotatoires pouvant durer plusieurs heures avec perte d’audition et acouphènes On note la présence de nausées associées parfois à des vomissements. Les mécanismes d’apparition de cette maladie sont encore méconnus. Chez certaines personnes, on sait que le stress, la fatigue, un événement traumatique ou un choc émotionnel peuvent favoriser l’apparition de cette pathologie. Tous les stades intermédiaires peuvent être observés. On parle alors de syndrômes pressionnels.

L’omission vestibulaire:

Pour une raison inconnue, certaines personnes se mettent à ne plus marcher droit, ils ont une sensation ébrieuse, ils ne peuvent plus supporter la foule ni les grands magasins. En fait, ils ne se servent plus de leurs vestibules. Alors que ceux-ci fonctionnent normalement, ils ne se servent que de leurs yeux et guettent en permanence les verticales et les chambranles de porte qui seraient susceptibles de les faire tenir droits. Ils ont besoin de fixer quelque chose afin de trouver leur équilibre. Ils ne sont mal à l’aise quand cette perception des verticales n’est pas possible ou perturbée comme dans la foule ou les grands magasins. Les personnes ne tiennent plus debout et n’ont qu’une envie, celle de sortir du magasin.

Névrite vestibulaire ou vestibulite:

Elle correspond à une atteinte virale du nerf vestibulaire, à l’origine d’une lésion soit provisoire soit définitive de ce nerf. L’atteinte se manifeste de manière assez brutale par un épisode très violent de vertiges, avec un nystagmus permanent visible à l’oeil nu. Il est souvent nécessaire de mettre les patients sous perfusion. L’instabilité peut durer de quelques semaines à quelques mois.

Le syndrome hémodynamique ou sHD:

C’est une sorte de spasme des artères vertébrales situées à la base du crâne. Il est souvent lié à une attitude de tête cambrée pendant longtemps (ramassage de fruits, travail sous plafond, écran d’ordinateur trop haut…). Ce spasme artériel crée une diminution du débit sanguin responsable d’une perturbation des centres nerveux de l’équilibre et se traduit souvent par une sensation de petits vertiges et d’instabilité souvent plus forte le matin, au lever. L’arthrose cervicale peut accentuer ce syndrome.

En ostéopathie:

Face à cette pathologie, l’ostéopathe a différentes possibilités qui s’offrent à lui.

Tout d’abord, un examen clinique approprié va lui permettre d’effectuer un diagnostic d’opportunité: puis-je traiter ce patient ou bien le ré-orienté vers un spécialiste ? Très souvent la prise en charge est pluridisciplinaire: ORL-kiné-ostéopathe.

Après une phase de test concernant la région de la base du crâne, des cervicales et du rachis dans son ensemble, l’ostéopathe va trouver les différentes restrictions de mobilité et tensions musculaires pouvant expliquer la symptomatologie du patient. Il va cherché à redonner de la mobilité par des techniques douces et adaptées aux diverses structures et point de passages anatomiques vasculaires. Un travail sera nécessaire sur la prise en charge du stress et de la fatigue générale par des techniques crâniennes afin d’avoir une action beaucoup plus globale et à distance. Un abord de la sphère viscérale et du diaphragme auront une action bénéfique en parallèle de l’axe mécanique-vasculaire et crânien.

Les conseils seront très importants notamment pour le travail avec d’autres professionnels de santé.

 

En conclusion:

Il ne faut pas attendre avant de prendre en charge un vertige. Il ne faut pas hésiter à consulter un ORL . Les centres nerveux sont par définition doués de plasticité et s’ils ne trouvent pas leur compte dans l’information vestibulaire, ils risquent de chercher ailleurs une information afin de préserver leur équilibre. Ils la trouveront généralement dans la vision, mais la fréquence nerveuse du message oculaire est de 24 Hz alors que celle des vestibules est de 150 Hz ce qui va forcément induire un malaise, car le besoin d’information du cerveau ne sera pas totalement assouvi à cause de la différence de fréquence. c’est la raison pour laquelle parfois les patients peuvent se plaindre de gène ou lourdeur au niveau des yeux. Le temps de récupération sera d’autant plus long que l’on attend avant de consulter. 

source:france-acouphènes.org

vertiges#osteopathie#lyon#christophe barrancos